11/02/2007

Un peu de Marie dans mon antre poétique

P1010303(1)

Charbonnage.

 

De bois, d’acier aux mines sombres enfouies, veines noires,

Balade et pluie au rythme des gueules noires d’hier illusoire,

Les reflets en miroir de flaques parlent toujours du charbon,

Comme une plaie vive couturée et boursouflée de chansons,

Du tonnerre de grisou qui tuait sans sursaut au fond du trou,

Se dressent encore les squelettes vitrifiés sur les limons fous,

Un abandon cruel du passé se disloque entre ombre et clarté,

Tels les souvenirs collés aux godillots des cadavres délaissés,

Visite insoupçonnée en terres de Cheratte où meurt l’espoir,

De voir renaître un jour la lumière au cœur de notre histoire…

 

Marie Lanson

 

19:12 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

excusez-moi d'avoir découvert cette partie de Jacques que je ne connais pas, que je n'ai probablement pas le droit de partager, je n'y reviendrai donc pas...Je comprends mieux les soirées que je passe seule, et les couchers toujours seule...Il est vrai qu'avec le temps tout s'en va, l'amour et le désir de celle qui est tout près s'évanouit; et il est probablement plus agréable de rêver à celle(s) qu'on n'a pas...C'est quand même une grande douleur qui m'assaille, même si j'ai décidé il y a déjà longtemps de ne pas me laisser atteindre...Moi aussi, je rêve que quelqu'un m'aimerait...

Écrit par : myriam | 15/02/2007

Je n'ai jamais caché ce blog Il figure en lien de plusieurs de mes blogs et sites.

Écrit par : Jacques | 16/02/2007

Merci Jacques, de me mettre à l'honneur ici... même si je m'interroge sur la réaction de Myriam !

Cordialement
Marie

Écrit par : Marie Lanson | 22/02/2007

Les commentaires sont fermés.