08/02/2007

La délirance... suite et frein

Il court sans fin le fol lièvre

Chevauchant gaiement les tortues

Leur inséminant sa grosse fièvre

Hors carapaces, toutes nues

Il a gravé son tableau de chasse

Sur le tronc du chêne bicentenaire

Personne jamais ne le dépasse

Mais le voilà sur son derrière

 

La dernière l'a démanché

De la nature il avait oublié

L'histoire et toutes ses règles

Le lièvre qui n'est pas un aigle

Sans même la sagesse du lion

S'est entortillé dans un tampon

A vouloir trop de fredaines

On se retrouve en quarantaine.

15:55 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.