02/01/2007

Voeux

Cela ne coûte pas cher, suffit de le dire, de l'écrire, d'y mettre "meilleurs" devant, et pour l'année une "bonne", on y a joute un zeste de santé, de prospérité, et le bonheur en plus. Cela ne coûte rien, même pas le timbre, il suffit de faire virevolter ses doigts sur le clavier.

Notez que çà fait toujours un peu plaisir, on se dit qu'on n'est pas oublié, que quelque part quelqu'un a pensé, ne fut-ce qu'une seconde, à vous. Formalité.

Moi je suis comme le schtroumph grognon, j'aime pas les voeux, sauf les miens, égoïstement pour moi, mais ils ne se réalisent jamais. Bon je ne vais pas pas vous en faire une tartine, la m... cela se consomme seul.

Ah oui quand j'y pense, un petit voeu quand même, pouvoir encore écrire plein de mes ptits poêmes sans prétentions ici et ailleurs et savoir que vous êtes passé(e)s me lire.

16:35 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.