30/11/2006

Reprendre le chemin des mots

Se réapproprier la plume légère

Celle des moments éphémères

Des instants secrets partagés

En alcôves à se lover

22:23 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/11/2006

En prose, je vous invite

Cheratte-Haut : Sapins en fêteS

 

C’est donc le samedi 9 décembre qu’aura lieu cette activité concoctée par les animateurs de l’ACPR, du PAC de Cheratte et de l’asbl « Li Tchératî dès 11 h au Tchératî, rue aux Communes, 37 à Cheratte-hauteurs.

 

Les sapins à l’honneur :

Saviez-vous que jadis les Romains décoraient leurs foyers de branches de sapin lorsqu’ils fêtaient Saturne ? Durant la période du 17 au 24 décembre, dans les maisons, les esclaves prenaient la place de leurs maîtres qui devaient les servir à table.

Les scandinaves plaçaient un sapin devant leurs abris pour que les esprits les protègent du grand froid.

La signification du sapin d’hiver a changé au fur et à mesure des siècles, mais toujours a représenté la symbolique des richesses que l’on trouve dans la nature, la lumière, les fruits, les cultures, la forêt et la mer. Noël ne serait pas Noël sans le traditionnel sapin !

Au départ pour le décorer on y accrochait des pommes, des confiseries et des petits gâteaux à ses branches. L’étoile qui brille à son sommet annonce la fin du voyage (les Rois Mages chez les chrétiens), le havre de paix.

Au XIe siècle, autour du Sapin, on représentait des scènes appelées « Mystères » dont celle du « Paradis » fort populaire durant l’avent. Garni de pommes rouges, un sapin symbolisait alors l’arbre du paradis.

Peu à peu, dès le XVe siècle, les sapins commencent à entrer dans les maisons, le 24 décembre, jour de la fête d’Adam et Eve, dans des pots ou cloués sur des croix de bois.

On trouve des traces du « sapin de Noël » au XVIe siècle su le parvis des églises et il fallut réglementer la coupe des arbres dès ce moment pour limiter les abus et respecter l’environnement, des pépinières ont alors été créées sous la direction des gardes forestiers.

Auparavant on décorait les maisons plutôt avec des branches de différentes espèces : le houx, le gui, l’aubépine dans les pays celtiques. L’épicéa, le pin et le buis dans les pays scandinaves et germaniques, le laurier et les branches de sapin autour des Vosges ou au sud de l’Allemagne. C’est dans cette région que s’est développé le travail artisanal du bois de sapin, c’est le pays du Noël allemand classique. La coutume du sapin de Noël est née en Alsace au début du XVIIe siècle. Pour la première fois on présentait un sapin entier sur la Grand Place de Strasbourg avant qu’il ne prenne de plus en plus sa place dans chaque demeure familiale.

Un peu d’histoire donc pour ce fameux sapin qui sera la vedette de la fête le 9 décembre. Quelques sapins y seront décorés par diverses associations de Cheratte et d’ailleurs.

Et comme c’est une fête il y aura des choses à voir et déguster. Des peintures mais aussi des photographies, de l’artisanat et plein de bonnes choses à manger et à boire d’un peu partout, d’ici et d’ailleurs dans la galerie du Tchérati de 11 h à 18 h, ensuite (sur réservation au04/362.16.36) on pourra apprécier les charmes de la gastronomie Polonaise avec le « Bigos », une variété typique de choucroute (10 € le couvert) ou encore le « Golâbki », c’est du chou farci à la viande hachée (8 €) et pour ceux qui préfèrent des mets plus classiques le Tchérati prévoit comme d’habitude son « spaghetti bolognaise » à 7 € le couvert.

Invitation à toutes et à tous !

 

Myriam Piron & Jacques Chevalier (ACPR Cheratte)

Cédric Papageorgiu (PAC Cheratte), Guy Josse (Asbl Li Tchérati).

23:51 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Nourrir les chats

Les blogs, les sites, les mails, les chats

Partout écrire, y remettre du charbon

Pour avoir l'air de vivre ici-bas

Exister, se dire ou faire croire,

En se racontant des histoires

Qu'on est célèbre de son nom.

 

T'as vu Mireille le grand barbu,

Là celui qui juste traverse la rue

C'est le fameux Chevaljak

Zut j'ai pas pris mon Kodak

 

José j'ai reçu un mail du grand homme

Tu sais celui qui jasait dans le forum

Mas oui avec tous ses blogs, ses sites

Le félé qui pour tout et un rien s'exite

 

Il nous invite à une exposition avec des sapins

Trouve toujours n'importe quoi à cette heure

Pour faire marcher son petit turbin

Tirer la crème hors du babeurre.

 

Bon mes ami(e)s c'est pas tout çà

Le bus à prendre n'attend pas

Y a les poissons et les vrais chats

A nourrir allez... fissa !

08:10 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/11/2006

Sur ex ou sous ex

Difficile de bien doser la lumière

Celle qui veut tout dire

Sans avoir l'air de faire

Sans cellule à l'ombre du déclic

Celui qui donne gaz au réverbère

En l'allumant à coups de plaisir

Et d'autres choses à très taire

En alcôve à jeux érotiques

 

On peut s'imaginer...

 

Si la photo est bonne.

22:37 Écrit par Jacques dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/11/2006

Mal aux dents

C'est un mal qui se meut lentement

Il s'insinue en fin d'effet de Daffalgan

Encore un peu plus fort qu'avant

Et de reprendre du médicament

 

Et du coucher à dormir en temps

Tenter le sommeil précisément

N'avoir que fièvre un peu au couchant

Et sueurs au front coulant.

 

Ma bouche est cimetière de bas quartier

Mon bout de langue au soir le visite

Y découvrant de nouveaux petits sentiers

Dans ces linceuls gelés troués des mites

 

En guise de dents d'insagesse

De celles qui, Mesdames souvenez-vous,

Vous croquaient là au trou sous les fesses

Votre perle de plaisir le divin bijou.

18:13 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/11/2006

Traverser le pont du chant

Tout simplement

Sur l'image en la cliquant

bannieretexte

 

00:08 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/11/2006

Dis... tu veux ma photo ?

VOILA

DSC_5204

Je l'aime beaucoup celle-là

16:58 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Boire sans soif

J'en ai descendu des décalitres

Pompé plus qu'une piscine à bourgeois

Toujours plus ridicule qu'un pitre

Sans même éprouver de la joie

 

Cela facilite l'expression

Mais çà ralentit le débit

Cela stimule les impulsions

Mais c'est vite rikiki

 

Et après toutes ces îvresses

On négocie mal les virages

On sent lourd le poids de l'âge

Et on rêve de tendresse

 

On lit l'avenir dans son eau de Vichy

On voir périr un à un les amis

Et bordel ce qu'on se sent seul

Tiens donc, çà rime avec linceul

 

Bon, hola, t'es pas encore encore à l'hopice

De la vie t'a pas goûté toutes les épices

Ni même profité de tous ses délices

Signes donc l'avenant à ta police

 

C'est moins cher avant 55 ans

Surtout si tu veux un bel enterrement

Et pourquoi pas une noce avant

Que tu atteignes trois fois 20 ans

 

Soif de boire la vie

Plein le calice jusqu'à la lie.

12:31 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/11/2006

Réenfiles ton kawé

Le temps est désormais gris

A Bruxelles on déforeste

Le voyant rouge est mis

Voila que frappe la peste

 

Tous n'en mourront pas

Ils iront golfer ailleurs

Peu leur importe les dégâts

Tant que paient les travailleurs

 

Ma mie réenfiles ton kawé

Il y aura du monde sur le fil

Du rasoir de chez VW

Et des chômeurs plein la file

15:16 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/11/2006

Chercher le rêve

Où sont passées mes nuits torrides

Où en rêves je passais en revue

Celles qui avec moi étaient nues

Quand elles n'avaient pas de rides

 

Du temps où j'étais cheval piaffant

Créant de spéciales acrobaties

Semant gaiement mon parfum de vanille

Dans les voiles de mon mat ardent

 

De ces rêves j'ai fermé ma boutique

J'étais le patron et le seul client

Au mur j'allais droit dedans

A trop le tendre, casse l'élastique

 

Alors je me vois nager dans l'eau grise

Moi qui ne sait même pas nager

Et les rives au loin de s'éloigner

Dans les brumes perdant mes emprises

 

Reste la réalité tout éveillé

Mon lopin d'empire des sens

Je voudrais tout y faire avec décence

Sauver ce que j'y ai à cultiver

 

Pour peut-être un jour revivre

De nouveaux rêves à emmagasiner

D'autres plaisirs à réaliser

Voie de la nuit chaude à suivre.

 

 

10:02 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/11/2006

Blues

Celle-là l'avait sur le trottoir

Moi je l'ai sur ma chaise

Là juste devant cet écran

Où y a plus rien à voir

Comme au père Lachaise

Que de célèbres néants.

00:28 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/11/2006

Pourquoi la mer ?

nb000029

Pourquoi toujours cette fascination

Chez moi pour la mer ?

Cette envie permanente d'être devant elle...

Moi,

Seul au matin pluvieux

Au long d'une plage

définitivement 

abandonnée

Bateaux au loin distingués

Bastingages rouillés dans la brume

Comme perdus

Dépourvus

De vie à bord

Point d'île dans mon néant.

 

(photo empruntée à http://black-et-blanc.skynetblogs.be)

22:08 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/11/2006

"C'est mon pays

parce que j'y suis né".

Je ne sais plus le nom du type qui chante çà et qu'on entend souvent à la radio.

C'est un tube chez les "sociaux" parce que les mots dits "sont justes" et aller contre serait du racisme, du négationime, de la xénophobie et tout le toutim.

Moi j'habite un pays où j'ai eu la chance de naître et que je partage avec tous les citoyens du monde, y compris ceux qui n'y sont pas nés et qui, selon moi, ont le droit d'y voir naître leurs enfants sans que ceux-ci n'aient à revendiquer haut et clair d'en être selon qu'ils y sont nés. Bordel, un chanteur s'appelant Dewinter, par exemple, chanterait de même on crierait au scandale, au nationalisme, à la provocation etc...

Il faut faire attention aux mots quand on les jette dans les médias, quand on en fait des chansons qui deviennent parfois slogans, dont on ne retient que le refrain.

Il faut tout autant se méfier des idées disant que la terre appartient à tout le monde, que chacun y a sa place et celle-ci en serait immuable selon le lieu où on naît et l'on rejoint immanquablement l'expression "Notre pays (riche) ne peut accueillir toute la misère du monde" et son corrollaire "il faut aider les gens à rester chez eux" donc surtout à ne jamais arriver chez nous.

Il est utile à ce moment de signaler que toutes les armées du monde, toutes les polices du monde, sont formées et équipées par nos pays riches. Que le modèle de société que l'on construit partout est le nôtre, de gré ou de force, que les succès (et profits) engrangés dans les pays pauvres (via par exemple les délocalisations) le sont tant à leur détriment qu'au détriment des peuples et des travailleurs de nos pays où il serait un privilège d'être né.

Voila, une réflexion du matin, qu n'engage que moi, petit citoyen du monde, né en Belgique, cul dans le beurre, c'est pas de la poésie mais pas le temps avant le boulot de jongler en rimes.

07:54 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/11/2006

Passage à vide (poésie administrative)

"Trop is te veel" disait un gros ministre

Dont soudain le nom m'échappe

C'est ainsi certains soirs sinistres

Quand en moi pètent les soupapes

 

Tous ces jours à trimer dans l'inutile

Taper des courriers obsolètes

Vers des gens qui se défilent

Font le mort, sont pas bêtes

 

En plus envoyer çà par recommandé

Faut bien car Prior serait illégal

Qu'ils n'iront pas même chercher

Ouf, on ne sera pas dans le journal

 

Quand ça revient, bien vérifier

Consulter le fichier national

Attendre son tour, c'est occupé

L'adresse était bonne, banal

 

Remettre encore une fois le couvert

Sinon les assurances chichitent

Et du dossier de se défaire

Et hop le contentieux s'invite

 

Incroyable ce qu'un bête accident du travail

peut emmerder des employés

Qui se démènent vaille que vaille

Pour l'intérêt de leur société.

21:34 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/11/2006

Le boiler

L'eau de nos souffrances y chauffe la nuit

Comme par un feu continuellement attisé

Par tout ce qui autour de nous fait du bruit

Nous ravage et nous empêche de nous aimer

 

Nous ne demandions pas pourtant la lune

Seulement de bons moments à partager

En cumulant nos diverses infortunes

Et un peu de temps en plus à trouver

 

Ne pas s'en faire pour autant

Comme on dit après la pluie

Revient toujours le beau temps

A nous de pratiquer la théorie

 

Pour que le boiler enfin

Soit source chaude d'eau

Pour nous un véritable bon bain

De jouvence aux jours nouveaux

12:14 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Un petit goût de vanille

Un petit goût de vanille

A la commissure de tes lèvres

Comme un parfum de nostalgie

Vague souvenir des fièvres

 

Un reliquat subtil de naguère

Une histoire des temps jadis

Avant la descente aux enfers

La froideur sous nos pelisses

 

Où sont donc nos échauffourées

Tels de trop jeunes amants

Presque nus dans les fourrés

Imaginaires virtuellement

 

Notre empirique indécence

Marquée au sceau des mots éthérés

Nos alcôves à jouïssances

Conjugaisons du verbe aimer

 

Ce confluent Sambre et Meuse

Où jamais nous ne nous noyâmes

Aux fonts de l'onde ténébreuse

Est-çà le vague à l'âme ?

11:28 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/11/2006

Booster l'audience

Me voici entraîné dans le boosting

Cela me change du crédit-revolving

Même s'il y a quelques analogies

Qui nous éloignent de la poésie.

 

A trop vouloir d'audimat

Comme autant de succès faciles

On finit souvent bourse plate

Puis au chômdu on fait la file.

 

Toujours vouloir conquérir les sommets

En oubliant en bas ses provisions 

Mais en trainant un gros sac d'ambitions

derrière soi comme un boulet.

 

On y arrive presque, enfin... pas loin

Soudain les vertiges, c'est la faim

Plus rien dans le sac, tout a fondu

Même de l'espoir il n'y en a plus

Les corbeaux ont fini le boursin

Le pain, le vin, il n'y en a point.

 

Et si l'on pouvait booster sa vie ?

15:35 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/11/2006

Vos gueules les muettes !

Elles savent parler de tout et de rien

En grillant en vitesse une cigarette

En cachette comme les vauriens

Des écoles dans les toilettes.

 

Elles ne fument plus dans les bureaux

Pouatch çà sent mauvais, c'est illégal

Trois fois par jour avec leurs manteaux

Elle fument et surtout, là, elles râlent

 

Majoritaires mais comme des parias

Cancérigènes les mater dolorosa

Finissent leurs phrases en etcetera

Claquant des billes, aglagla

 

Puis s'en retournent dans leurs bureaux

Abattre un quart de leur boulot

Bavant d'envie d'enfiler leur manteau

Pour aussitôt  : ragots, mégots

 

Leur petit espace de liberté

N'ont rien fait pour le gagner

Avant ce qu'elles ont préféré

c'était en rigolant de regarder

 

Tous les autres seuls à lutter.

J'irai pas sur vos tombes cracher

Moi j'continuerai à fumer

Avec ma pipe, ma tête brulée

 

Et ce qui moi me fait au moins avancer

Les mots qui véhiculent les idées

Pour franchir vos écrans de fumées

En fin de compte... pour vous aimer.

23:34 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Sous l'olivier

230px-Olive-tree-1

Allons nous coucher

dessous cet olivier

Je te passerai de l'huile

Sur ton  beau corps gracile

Tu mèleras à ta salive

la saveur de mes olives.

19:03 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Histoire sans fin

Le poète entr'ouvre la porte

Du silence où il s'est enfermé

Il vient aux nouvelles

Où ont ses belles anciennes ?

 

Ses mots soudain il avorte

Comme s'il fallait les éviter

Les jeter à la poubelle

Ou au vent des éoliennes.

 

Il retourne à son silence

Met en jachère le chant de ses mots

Il ne tente plus sa chance

Il s'est muré dans son caveau

 

Pourtant en lui petite flamme

De toutes guerres d'inconnus

Se réveille où est la femme

Il veut revivre par le début.

 

Il en a construit des drames

Comme des coups qu'il a reçus

Il en a fait souffrir des âmes

Qui ne voulaient que son salut

 

Dans son écrit voila qu'il pense

Trop longtemps restés au cachots

Ses mots veulent la délivrance

A la mer il remet son rafiot.

 

Et tel un marin de retour d'Amsterdam

Tête pleine et ventre pansu

Il navigue vers ses îles aux dames

Pour retrouver ses plaisirs perdus

 

Pourquoi ne pas croire en la chance

Immortels seront ses mots

Finis tous ces jours de carence

Bonjour les horizons nouveaux.

11:12 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/11/2006

Changement d'herbage

Et oui, c'est déjà l'hiver, dur, dur !

Remontons un peu la couverture

Elle est d'un design indigo

Hop, c'est parti, go !

22:47 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/11/2006

Le lien d'en dessous

En novembre 2001 je suggérais à Hélène de nous monter une communauté MSN pour y mettre nos textes poétiques et y accueillir nos amis du forum poétique de Skynet, il n'y avait pas encore les blogs.

Novice de l'internet et mauvais élève des cours d'informatique j'ignorais le copier/coller, je n'avais plus d'encre dans mon imprimante, alors je recopiais sur papier les poêmes, les miens, ceux d'Hélène, ceux de nos amis du forum, puis je les retapais sur les pages du site, et la nuit de Noël 2001 j'ai lancé la communauté, avec beaucoup de difficultés, l'adresse URL étant trop longue pour le canevas du forum Skynet.

Enfin le "Coin de la Poésie" venait de naître officiellement, en peu de temps il devint un lieu de rencontre(s) entre poétesses et poètes d'un peu partout, de Belgique mais aussi de France, du Canada et même de Nouvelle Calédonie.

Nous fêtons donc les 5 ans de notre Coin de la Poésie pour le moment et jusqu'au 25 décembre 2006, la porte est ouverte à toutes et à tous, comme écrit plus haut il suffit d'aller cliquer le lien au post en dessous.

16:43 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

05/11/2006

5 ans de poésie amateure...

http://groups.msn.com/plfs523rb4f8kg8a3ruqufm104

02:20 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |