14/11/2006

Le boiler

L'eau de nos souffrances y chauffe la nuit

Comme par un feu continuellement attisé

Par tout ce qui autour de nous fait du bruit

Nous ravage et nous empêche de nous aimer

 

Nous ne demandions pas pourtant la lune

Seulement de bons moments à partager

En cumulant nos diverses infortunes

Et un peu de temps en plus à trouver

 

Ne pas s'en faire pour autant

Comme on dit après la pluie

Revient toujours le beau temps

A nous de pratiquer la théorie

 

Pour que le boiler enfin

Soit source chaude d'eau

Pour nous un véritable bon bain

De jouvence aux jours nouveaux

12:14 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Il fait plaisir d'entendre ta plume de poète crisser à nouveau sur la page virtuelle,comme un bruissement de feuilles que le vent rêveur tourne du bout de son doigt mouillé
D'encre,la nuit noire qui s'effile en rondes latines
:)

Écrit par : Nortine | 14/11/2006

Hey Nortine Où donc caches-tu tes écritures ?

Écrit par : Chevaljak | 15/11/2006

Nulle part Je n'écris plus :-/

Écrit par : Nortine | 15/11/2006

Les commentaires sont fermés.