11/11/2006

Histoire sans fin

Le poète entr'ouvre la porte

Du silence où il s'est enfermé

Il vient aux nouvelles

Où ont ses belles anciennes ?

 

Ses mots soudain il avorte

Comme s'il fallait les éviter

Les jeter à la poubelle

Ou au vent des éoliennes.

 

Il retourne à son silence

Met en jachère le chant de ses mots

Il ne tente plus sa chance

Il s'est muré dans son caveau

 

Pourtant en lui petite flamme

De toutes guerres d'inconnus

Se réveille où est la femme

Il veut revivre par le début.

 

Il en a construit des drames

Comme des coups qu'il a reçus

Il en a fait souffrir des âmes

Qui ne voulaient que son salut

 

Dans son écrit voila qu'il pense

Trop longtemps restés au cachots

Ses mots veulent la délivrance

A la mer il remet son rafiot.

 

Et tel un marin de retour d'Amsterdam

Tête pleine et ventre pansu

Il navigue vers ses îles aux dames

Pour retrouver ses plaisirs perdus

 

Pourquoi ne pas croire en la chance

Immortels seront ses mots

Finis tous ces jours de carence

Bonjour les horizons nouveaux.

11:12 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.