26/05/2006

C'était tard

La nuit tombait près de l'Ourthe dont le flot grossissait. Sous le saule, la mare était paisible, seuls quelques tétards, çà et là, lignaient la surface endormie, non loin de là on entendait les piaillements gais dune vingtaine d'enfants d'un dernier soir de classes de pierre. Merci Brigitte pour nous avoir permis de participer à ce bonheur.

13:27 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.