21/05/2006

Nuitamment

Le poète fatigué passe

Il dépose quelques mots

comme on dépose les armes

Comme on se dévêt

Pour affronter la nuit

 

Avant qu'il trépasse

La bouche vissée au goulot

Avec pour seul vacarme

Comme le bruit que fait

Le corps qui perd sa vie

03:15 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Nuitamment J'aime beaucoup!

Écrit par : Ixième | 21/05/2006

Les commentaires sont fermés.