03/03/2006

Beaucoup moins de présence

Cela fait quelques jours déjà

Que l'inspiration ne me vient pas

Mes vers restent en sommeil

Pourtant je vis au soleil

 

Ils devraient refleurir

Comme au temps de printemps

Ondoyés par le plaisir

Et la force des sentiments

 

Je m'y remets ce jour enfin

Mes mots s'écrivent sans entrain

Il me refaudrait des vitamines

Et du charbon de la mine

 

Pour alimenter ma chaudière

Réouvrir enfin les fenêtres

De ma modeste chaumière

Pour à nouveau être.

 

çà vient.

10:40 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.